MASCARADE.00.embryon (2004)

Publié le par marcél

depuis 2004...


Scénographie; auto-filmage




00.jpg

La nuit ,
sur une pelouse,
dans un cercle tracé au sol,
(métaphore du ring, de l’espace d’activité codifié)

un homme et une femme,

nus,
teints en rouge,
portant masques et gants,
« jouent » à la boxe le long d’un axe imaginaire;




                                            Filmés en plan fixe durant une heure,                                                  
                                               leurs déplacements s’apparentent à une conquête territoriale

                                                                                                                aux allures de parade nuptiale                                        .






Peintures filmiques           

                        Une sélection de courts extraits ……étendus 

        ralentis jusqu’à frôler la pause...

                        sont projetés successivement sur 2 toiles


01.jpg


                    Chacune des toiles s’attache à un des personnages

                    met en exergue les particularités de sa prise d’espace.

 

            Les peintres sont installés dans une dynamique de retard face au déroulement filmique,

            qui ne cesse d’être en fuite. Cet empressement pousse les peintres à cibler leurs moyens,    

                                                                                techniques et plastiques, de représentation.

                                                                                    de marquer lemouvement

                                                                                                ui donner une forme


01.217x340cm.jpg

217x340cm


02.217x340cm.jpg

  217x340cm


 

  on assiste finalement à la superposition d’instants

où le même être se multiplie de la dissection de ses gestes.

Il demeure alors pathétiquement pantin,

dans l’espace fixe et résolument éternisant qu’est le tableau.





        dispositif de présentation                 

 

                                                        Les peintures sont disposées face à face.

 

                                        un film, videoprojeté au même format, tourne en boucle

                                                                    et ferme l’espace en un troisième mur.

03.jpg

Ici, un mode de représentation remédie à la préhension du temps de l’autre


fixité et fugacité



film pictural

D’une durée de 19 minutes,

cette vidéo n’est pas conçue afin d’être saisie dans sa globalité,

mais par fragments, confrontée aux 2 peintures.

 

 

Fait (d’)après les peintures, son orientation esthétique en a été clairement induite.

comme un glissement. Il en transpose les partis-pris dans le domaine de la vidéo,
à travers une proliférations de courtes expérimentations



                             04.jpg


C’est un entrelacs d’informations qui se saturent les unes les autres,
où différents traitements et modes de représentation vidéos se juxtaposent,
se superposent, se tuilent…

 







Publié dans Mascarade

Commenter cet article